Le planeur, comment ça marche ?

Le planeur c’est une machine volante incroyable, qui est capable de prolonger le vol pendant des heures, d’atteindre des altitudes inouïes et de parcourir des circuits de plusieurs centaines de kilomètres dans une journée.

C’est magique…et pourtant, tout s’explique !

FFVP - le décollage

Le décollage

Au début de son vol, le planeur doit être tracté pour rejoindre une altitude qui lui permet de trouver sa première ascendance

Le treuil, l’effet cerf-volant

Le planeur est relié au treuil par un câble fin et très résistant de 1000 à 1500m de long. A la mise en puissance, le treuil enroule le câble très rapidement autour d’un grand tambour.

Le remorquage, derrière l’avion ou l’ULM

Le planeur est relié par un câble de 60m à l’avion ou l’ULM remorqueur. L’avion décolle et le pilote du planeur suit les mouvements de l’avion pendant la montée. Arrivé à la hauteur de largage, le pilote du planeur déclenche le crochet de largage, l’avion ou l’ULM redescend ensuite avec le câble.

Les oiseaux nous ont appris à remplacer le moteur

Sans moteur, le planeur ne fait que descendre en vol plané. Pour tenir en l’air, il lui faut trouver un courant ascendant. On distingue 3 types d’ascendances :

Les ascendances thermiques : la respiration de notre terre

Le phénomène de convection

  • Le soleil chauffe le sol
  • l’air au contact du sol, s’échauffe
  • une bulle se forme, une ascendance s’installe
  • si la vapeur d’eau contenue dans la bulle condense, un nuage se forme : c’est ce qu’on appelle le cumulus
L’utilisation en planeur

  • Le pilote cherche ces ascendances et une fois dedans, s’y maintient en spiralant
  • Arrivé au sommet, le pilote plane vers une nouvelle ascendance et ainsi de suite
  • Il peut atteindre une altitude de 1 000 à 2 500m en plaine et plus de 4 000m en montagne.
  • Les ascendances sont espacées entre 1 et 10km
  • Les vitesses ascensionnelles peuvent atteindre 4m/seconde (vitesse d’un ascenseur très rapide)

Le vol de pente : le grand surf de l’air

Le phénomène d’ascendance dynamique

  • En rencontrant perpendiculairement la pente d’une colline ou d’une montagne, le vent est dévié vers le haut
  • Cette vague, appelée ascendance dynamique, déclenchée dès 15km/h de vent, se fait sentir à plusieurs centaines de mètres “au vent” et au dessus de la pente qui la génère.
L’utilisation en planeur

  • Le pilote repère un relief orienté perpendiculairement à la direction du vent et rejoint la zone ascendante
  • Il s’y maintient et prend de l’altitude en effectuant des “huit” le long de la pente à une centaine de mètres de celle-ci.
  • Il peut atteindre une altitude de 1000 à 1500m, selon la hauteur du relief.
  • Les vitesses ascensionnelles peuvent être jusqu’à 6m/seconde

Le vol d’onde : s’élever dans le grand bleu

Le phénomène météorologique complexe

  • Sous certaines conditions de vent fort et de relief, des ondulations peuvent se produire et former une succession de vagues appelées “ressauts ondulatoires”.
  • Ce phénomène peut être ressenti jusqu’à plus de 15 000 mètres.
L’utilisation en planeur

  • Les ressauts ondulatoires sont matérialisés par la présence de nuages en forme de lentilles au sommet des “vagues”, et de cumulus ou de “rotors” dans les zones “sous-ondulatoires”
  • Le pilote rejoint la zone ascendante au vent du lenticulaire ou du rotor et maintient le planeur face au vent ou en faisant des “huit”.
  • Parvenu au sommet de l’onde, le pilote plane vers le ressaut suivant.
  • Il peut atteindre une altitude supérieure à 10 000m, souvent limitées par la réglementation.
  • Les ressauts sont espacés de 5 à 30km.
  • Les vitesses ascensionnelles peuvent atteindre jusqu’à 15m/seconde.
FFVP - Planer jusqu'à l'atterrissage

Planer jusqu’à l’atterrissage

Au début de son vol, le planeur doit être tracté pour rejoindre une altitude qui lui permet de trouver sa première ascendance

Le vol plané

Les planeurs sont des aéronefs à l’aérodynamique très étudiée, caractérisés par leur grande “finesse”. La finesse d’un vol est le rapport entre la distance parcourue par l’aéronef et l’altitude dépensée pour planer sur cette distance. Selon les modèles de planeur, la finesse peut varier de 30 à 60.

L’atterrissage

Le planeur est muni d’aérofreins situés sur le dessus des ailes que le pilote utilise pour dégrader volontairement son vol plané. Il se pose alors précisément à l’endroit qu’il a choisi. En vol de performance, il arrive que le pilote ne peut rejoindre son aérodrome de départ. Il se pose alors dans un champ. Avec l’aide d’autres membres du club, le planeur est démonté sur place puis ramené par la route dans sa remorque.

Le Planeur comment ça marche ?

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.

Permet l'analyse et le comportement des utilisateurs

  • _ga
  • _gid

Refuser tous les services
Accepter tous les services